Parfum : l’art de la synthèse, avoir du naturel

Posté par Jean-Michel Duriez le 29 novembre 2016

Vous vous souvenez dans mon billet sur la rose, je vous parlais de la différence entre les ingrédients naturels et synthétiques. Ce sujet – qui est un non-sujet pour le compositeur de parfums – fait l’objet de pas mal de fantasmes et mérite vraiment une explication. Cette semaine, j’entamais une discussion sur mon métier avec un ami quand, de but en blanc, il m’affirma : « tout le monde sait que N°5 est un parfum entièrement synthétique. » Il y a des légendes qui ont la dent dure !

On met tout à plat et on en parle ?

Un peu d’histoire…

Je n’ai pas assez d’un blog pour vous raconter l’histoire de la parfumerie, mais il faut bien reprendre les choses là où elles ont commencé pour expliquer d’où viennent ces légendes urbaines. Les premiers parfums sont nés avant l’ère de la chimie. On a commencé par porter des baumes et des onguents constitués de cires florales, épices, graisses animales. On attribuait à ces préparations des vertus plus religieuses voire « pharmaceutiques » que parfumantes, elles étaient bien évidemment entièrement naturelles. Cela a duré des siècles.

Je fais un saut de puce et j’arrive à l’arrivée de la distillation. Cette magnifique invention qui a permis d’extraire les parties volatiles de plantes ou de liquides marque les prémices de la parfumerie moderne, car parmi les premières distillations, on eut l’idée de passer du vin dans un alambic. C’est comme cela qu’on a inventé, ou plutôt découvert l’alcool, c’est-à-dire l’éthanol. Il ne fallut pas longtemps pour commencer à mélanger cet alcool avec d’autres produits de la distillation, par exemple la fleur d’oranger ou la rose, et se diriger lentement vers l’invention de la parfumerie moderne.

montage-distillation-small

Je ne suis pas en train de d’écrire un cours d’histoire, vous ne m’en voudrez pas de prendre des raccourcis ni dater ces événements, il y a de magnifiques livres qui s’y consacrent. Je continue…

A mon sens, la parfumerie moderne a réellement débuté quand, en Europe, on a développé ce savoir-faire venant du monde arabe. On a concocté des élixirs pharmaceutiques, rapidement appelés « eaux » dans les monastères et couvents. Les plus connues restent l’Eau de la Reine de Hongrie et bien sûr l’Eau de Cologne.

Ces recettes se sont ensuite répandues dans des boutiques de parfumerie. La découverte et l’effet de surprise étaient grands. Pouvoir se parfumer avec ces eaux volatiles et puissantes était un must. Les cours royales puis impériales se sont entichées de ces fragrances raffinées. Le parfum était né.

Tous les parfums d’aujourd’hui doivent quelque chose à Fougère Royale et Jicky qui furent les premiers à combiner ingrédients de synthèse et matières naturelles.

Les années ont passé, les extractions de plantes se sont améliorées, notamment à Grasse, là où le climat était parfait pour les cultiver en quantité. La parfumerie est devenue un savoir-faire très français en ajoutant des fleurs locales : rose, jasmin, fleur d’oranger, violette, tubéreuse, lavande…

Je continue mes sauts de puce. Nous arrivons vers 1870 quand soudainement arrive la première substance parfumante issue de la chimie : la coumarine. Cette dernière est l’un des constituants principaux de la fève tonka ; elle sera utilisée dans « Fougère Royale » de Houbigant en 1882, puis combinée à la vanilline dans « Jicky » de Guerlain en 1889.

La synthèse est créative, la nature est riche

Avec ces parfums, la parfumerie moderne est définitivement née. Tous les parfums d’aujourd’hui doivent quelque chose à Fougère Royale et Jicky qui furent les premiers à combiner ingrédients de synthèse et matières naturelles.

Dès lors, plusieurs laboratoires de chimie se sont mis à fabriquer des molécules dédiées à la parfumerie. Les parfums qui tournaient depuis très longtemps sur les mêmes ingrédients naturels virent leurs possibilités créatives se multiplier tout à coup.

img_2231

C’est bien connu, la nature est très inventive, elle reste notre meilleure inspiration. Une matière naturelle est constituée de nombreuses molécules odorantes. Il en résulte une odeur riche et complexe que nos nez croisent couramment tout au long de la journée. Nous sommes donc très habitués à une certaine richesse olfactive. Les molécules constituant les ingrédients naturels ont chacune leur propre volatilité, c’est-à-dire qu’elles s’évaporent à leur rythme une fois posées sur la peau.

Une molécule chimique, au contraire, est une odeur de base avec une seule volatilité. Cela donne aux ingrédients de synthèse une forme olfactive très simple, peu riche. L’inconvénient c’est qu’un parfum contenant trop de synthèse apparaît comme « chimique » à nos nez. C’est souvent le cas des parfums pas chers ou des désodorisants.

« La synthèse est créative,
la nature est riche. »

Le grand avantage c’est qu’on peut facilement utiliser ces ingrédients pour sculpter des fragrances avec une vraie maîtrise du trait. De plus, la synthèse apporte des notes que la nature refuse de nous donner. Si aujourd’hui nous pouvons nous parfumer avec des fragrances de melon, praline, océan, muguet, lilas, réglisse c’est définitivement grâce à la synthèse. La synthèse est créative, la nature est riche.

En conclusion, le parfum idéal est constitué d’ingrédients naturels apportant une belle richesse avec une dose d’ingrédients de synthèse apportant de l’originalité et des contours plus nets.

visuel-ingredients-3

L’autre jour à mon ami j’ai répondu que N°5, l’un des plus beaux chefs-d’œuvre de la parfumerie moderne, était en réalité un parfum très riche en ingrédients naturels. Ce qui fait son originalité c’est l’emploi inhabituel de certaines molécules de synthèse, les aldhéhydes. En 1921 il fut le premier parfum abstrait proposant une note de tête jamais sentie auparavant.

______

Depuis ces parfums pionniers, la parfumerie s’est dotée d’un potentiel créatif fabuleux. Malgré cela, sur les 2500 parfums créés l’an dernier on ne peut pas dire que tous soient des foudres d’originalité.

Dans un prochain billet je vous expliquerai pourquoi, et vous risquez d’être surpris quand je vous expliquerai que votre nez y est un peu pour quelque chose…

Jean-Michel Duriez.

Gardez le contact, inscrivez-vous à notre newsletter en cliquant en bas de cette page.

Commentaires

QUENET MAGALI a dit

Bravo ! Belle explication, c'est très clair et très intéressant. J'adore ! Merci JMD ☺

RUFFIN a dit

Toujours le même de découvrir ton univers avec les mots qui vont ?

Teyan Jackie a dit

Toujours le même bonheur ressenti que ce soit de vous entendre ou de vous lire. Merci.

GOMES a dit

Merci beaucoup pour ces explications. Votre "billet" est passionnant et tellement agréable à relire... Merci!

P Lombardi a dit

No mention to Marya the perfumeress, ancient Babylonia, the first historical chemist. She developed the well known "bain marie", a mild way to distill the most delicate substances safely

Hakima a dit

Bonsoir,

A vous lire, je parviens malgré mon ignorance dans le domaine de la parfumerie à deviner le travail de création, lorsque vous dites notamment que "la synthèse est créative et le parfum riche" mais aussi que "la synthèse permet de sculpter le produit naturel". On appréhende le lien entre ces deux types de produits et leur utilité respective.
C'est très beau.
Le domaine de la parfumerie est inspirant, les mots qui me viennent à l'esprit sont l'équilibre, l'harmonie, la sensibilité, la liberté, la multitude et bien d'autres mais je m'arrête là....

Les parfums sont créations vraiment curieuses mêlant un côté matériel et créatif : le flacon, et un côté immatériel cette sorte d'âme du parfum : son essence : fruit de choix et d'ajustements. C'est un objet qui tend vers une certaine exhaustivité par les éléments complémentaires qui le composent.

En vous remerciant pour ce partage.

Venez ici a dit

Salut, encore un joli post explicite et court. J'apprécie lire tes narrations attirants qui nous présentent toujours d'excellentes histoires. Chaleureusement. Un fan de votre site

Venez ici a dit

Bonjour, merci pour ce petit billet précis et bref. J'aime lire tes textes captivants qui nous apportent toujours de bonnes idées. Chaleureusement. Un lecteur de votre blog

Jeanette musso a dit

J'adore je pourrais vous écouter pendant des heures. On sent l'amour que vous mettez dans votre travail c'est pour cela vos créations sont uniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *